Les réactions après ESSM – Monaco

Hier samedi soir, l’ESSM Le Portel a battu Monaco d’un souffle, prenant sa revanche sur les deux dernières réceptions des Monégasques qui s’étaient soldées par autant de défaites d’un rien (83/82). Retrouvez les réactions des coachs ainsi que de Pierre-Etienne Drouault ci-dessous. 

Eric Girard : "l'âme porteloise n'est pas morte à Gravelines"

Il n’y avait qu’une seule équipe qu’on n’avait pas battue jusque là, c’était Monaco. C’est l’une des plus belles victoires, qui nous récompense. J’avais demandé un match d’hommes. Sur ce dernier shoot d’Hilliard, il fallait le talent et le mental pour le mettre. Je pense que cette victoire n’est pas usurpée. Il fallait trouver quelque chose pour casser cette euphorie monégasque. On a fait beaucoup de défense en zone, on ne le fait que plus rarement d’habitude. On a été plus en réussite en deuxième mi-temps, on a été plus agressif qu’en début de match, aussi. Monaco, c’est 13 pros dont 7 étrangers, ce n’est plus la même équipe qu’il y a deux mois. L’âme porteloise n’est pas morte à Gravelines. Je lance un appel à tous pour venir mercredi au Chaudron. On a besoin de notre public pour éliminer Antibes et aller le plus loin possible en Coupe de France, une compétition que j’ai gagnée deux fois et qui me tient particulièrement à coeur.

Sasa Filipovski (coach Monaco) "félicitations au Portel"

Je tiens à féliciter cette équipe du Portel pour sa victoire. On avait pourtant bien débuté, notamment lors du premier quart-temps. Puis nous n’avons pas été bon en défense, avec beaucoup de fautes, de Kikanovic et Buckner principalement. L’atmosphère du Chaudron était oppressante et a favorisé les Portelois dans le bon sens du terme. Cette défaite est difficile à encaisser car perdre sur un shoot à 3 points à 2 secondes de la fin, c’est toujours cruel. 

Pierre-Etienne Drouault : "à coeur de se racheter après le derby"

On savait que Monaco était une grosse équipe mais qu’on était capable de battre des cadors, comme on l’a déjà fait avec Strasbourg ou Limoges. On avait à coeur de se rattraper après le derby perdu à Gravelines. Montrer qu’on bosse dur et qu’on est sur le bon chemin. Maintenant, il faut enchaîner en Coupe de France. Nous sommes des compétiteurs et nous ne lâcherons pas ce match. Malgré une fin de rencontre tendue, le public a poussé et à un moment, nous sommes parvenus à casser leur rythme quand nous avons trouvé le nôtre. On espère en faire autant contre Antibes mercredi. 

Propos recueillis par A. C. 

L’ESSM s’offre Monaco au bout du suspense !

Cinq jours après le derby du côté de Gravelines/Dunkerque, l’ESSM accueillait Monaco ce samedi soir pour le compte de la 17e journée de Jeep Elite. Malgré un départ délicat, les Vert et Blanc l’ont emporté sur le fil au terme d’un match exceptionnel (83/82).

Cueillis à froid, les Portelois limitent la casse à la mi-temps

Abonnés des départs tonitruants ces derniers temps, les Portelois étaient curieusement absents des débats durant le premier quart-temps. Pour preuve, un terrible 0 sur 7 sur les tirs à 3 points. Les Monégasques, à peine plus brillants de loin, étaient néanmoins parfaits devant l’arc (8 sur 8) et menaient fort logiquement au score (11/25).

Dès l’entame du deuxième quart-temps, les Vert et Blanc se montraient plus entreprenants, et recollaient au score avec pas moins de 27 points inscrits. A l’image d’un Pierre-Etienne Drouault rageur sur un 2+1, les Portelois affichaient un visage plus séduisant. Hélas, la Roca Team se reprenaient pour laisser l’ESSM à -9 à la mi-temps. Avec des coups de sifflet parfois discutables et un Anthony Hilliard à trois fautes (38/47).

Money time irrespirable, avant la délivrance

Après le repos, les ouailles d’Eric Girard tentaient de rester dans le coup malgré la qualité de l’opposition. Grâce notamment à un Williams à 20 points après 30 minutes (25 au total), le Chaudron chavirait de bonheur en voyant « son » équipe revenir à une petite longueur des visiteurs (62/63). Comme dans le quart-temps précédent, l’attaque porteloise prenait le dessus sur la défense monégasque. On se mettait alors à rêver d’un final de rêve.

Les dix dernières minutes étaient du même tenant. A moins de 8 minutes de la fin, Drouault d’un missile de loin, donnait l’avantage aux Vert et Blanc (72/69, 33e). Pierre-Etienne qui aura brillé ce soir avec 18 points au total. Le money time était brûlant. L’ESSM comptait six points d’avance avant de voir la Roca Team à son tour réduire l’écart puis repasser devant (77/79, 38e). A un peu plus de 50 secondes de la fin, les deux formations n’arrivaient pas à se départager (79/79). A deux secondes du terme, Hilliard envoyait de loin et faisait chavirer la salle, 83/82 ! Après un ultime temps-mort, le club du Rocher ne parvenait plus à recoller. Quelle belle victoire pour l’ESSM Le Portel avant la Coupe de France !

Les marqueurs portelois : Williams 25, Drouault 18, Curry 12, Mangin 9, Hilliard 7, Anosike 6, Crockett 6, Ehambe, Gbetkom, Traoré. 

Rendez-vous dès mercredi pour la Coupe de France et la réception d’Antibes.

Le lien billetterie

A. C.

Le Portel – Monaco : faire voler le Rocher en éclats

Ce samedi à 20 heures, dans le cadre de la 17e journée de Jeep Elite, l’ESSM accueille Monaco. Après deux défaites cruelles ces deux dernières saisons, les Portelois vont-ils conjurer le sort pour s’offrir une victoire princière ?

Une vie après le derby ?

Lundi dernier, malgré un troisième quart-temps de haute volée, l’ESSM s’est logiquement inclinée dans le derby du côté de Gravelines/Dunkerque (86/71). Qu’à cela ne tienne, nos protégés vont avoir l’occasion de se refaire une santé avec deux matches de suite au Chaudron en l’espace de cinq jours.

En attendant la Coupe de France et la réception d’Antibes mercredi prochain, l’ESSM va s’attaquer à Monaco ce samedi en Jeep Elite. Après des semaines sans victoire, les ouailles d’Eric Girard avaient parfaitement inversé la tendance 48 heures après Noël, au Chaudron face à Dijon, jusque là meilleure défense du championnat. Alors que le groupe était au grand complet à Sportica lundi, on espère désormais que le rythme de chacun ainsi que les automatismes vont se peaufiner durant cette semaine à la maison.

Monaco n'est plus aussi flamboyant, mais...

Ces deux dernières saisons, Le Portel a accueilli un véritable ogre de la Jeep Elite. Avec, au bout du compte, deux défaites d’un rien (62/66 en novembre 2016, 72/73 en mars dernier). Ce samedi, c’est un Monaco au bilan équilibré (8 victoires, 8 défaites) qui va traverser la France pour se rendre sur la Côte d’Opale. L’écurie du Rocher occupe actuellement une modeste douzième place, avec cinq victoires de retard sur le leader Lyon/Villeurbanne, rien que ça. A l’extérieur, les Monégasques sont à peine mieux lotis que les Portelois avec six défaites pour seulement deux succès.

Néanmoins, le club de la Principauté, plutôt en forme en coupe d’Europe vient par exemple d’aller gagner dans la salle bouillante du Partizan Belgrade et peut attendre le match retour prévu mardi prochain avec enthousiasme. Si la Roca Team semble bonne à prendre, l’ex-Strasbourgeois Paul Lacombe (plus de 12 points, 6 rebonds et 4 passes décisives en moyenne pour 18 d’évaluation en moyenne), le Bosnien Kikanovic et l’US Robinson, fraîchement de retour de blessure, seront à surveiller de très près. Sans oublier le pivot américain naturalisé hongrois Jarrod Jones, qui tourne à plus de 12 points et près de 7 rebonds par rencontre en Jeep Elite. Tous au Chaudron !

 

 

Lien Billetterie

A. C. 

Tous au Chaudron pour ESSM – Monaco et pour la Coupe de France face à Antibes

Pierre-Etienne, Jean-Victor et Benoit comptent sur vous pour venir au Chaudron ce samedi 19 janvier les encourager face à Monaco (billetterie : https://web.digitick.com/essm-monaco-sport-le-chaudron-le-portel-19-janvier-2019-css5-essmleportel-pg101-ri5561395.html) mais aussi mercredi 23 en Coupe de France face à Antibes (billetterie : https://web.digitick.com/cdf-essm-antibes-sport-le-chaudron-le-portel-23-janvier-2019-css5-essmleportel-pg101-ri5919501.html).
 
Abonnés, n’oubliez pas que vous n’avez plus que jusque demain, vendredi 18, pour bénéficier du tarif préférentiel abonné. Passée cette date, il faudra vous acquitter du tarif plein.
Rendez-vous donc au Chaudron demain de 09h30 à 12h00 et de 14h30 à 17h30. Ou alors directement sur notre billetterie en ligne !
 
Tous au Chaudron !

La réaction d’Eric Girard après Levallois – ESSM

Sans démériter, l’ESSM chute -encore- à Levallois

Englué dans une série de défaites mais au sortir d’un superbe match face au leader Lyon-Villeurbanne, c’est rempli d’ambition que Le Portel se déplaçait à Levallois ce vendredi soir. 

+3 à la mi-temps

Les dix premières minutes étaient plutôt compliquées pour les Vert et Blanc avec 23 points concédés et un retard de cinq longueurs à combler. On le savait, il faudrait cravacher pour tenir tête à l’actuel septième du championnat (23/18). 

Mais le deuxième quart-temps allait être bien plus réjouissant, sous l’impulsion du tandem Crockett/Williams, 25 points et 11 rebonds à eux deux à la mi-temps. Exemplaire en termes de concentration avec une seule balle perdue (!) et 5 interceptions en 20 minutes, les Vert et Blanc pouvaient espérer de belles choses après le repos.

Un grand Crockett n'aura pas suffi

Hélas, le troisième quart-temps était une copie conforme ou presque du premier au niveau du scoring, avec 25 points encaissés et à nouveau un retard à combler à dix minutes du terme (65/61). 

 

 

Sous la houlette d’un Johnson à 21 points, d’un Wright à 21 points et 12 rebonds, et d’un Ukic à 16 points et 11 passes décisives, Levallois prenait la mesure de son adversaire pour ne plus lâcher le leadership jusqu’au bout (84/74).

Focus sur Nanterre, avec détermination

Un peu comme face à l’ASVEL dimanche dernier au Chaudron, l’ESSM aura montré de belles choses, sans que cela se concrétise par une victoire tant attendue. Avec 13 petits points inscrits durant le dernier quart, difficile de rêver d’une folle remontée. 

 

 

Au rayon des bonnes nouvelles, signalons la prestation XXL de Jay Crockett, 18 points et 11 rebonds pour 27 d’évaluation (!), ainsi que les 17 points et 7 rebonds de Williams, malgré l’absence hélas remarquée de Jean-Victor Traoré. Dans huit jours, les hommes d’Eric Girard reviendront en Ile-de-France, du côté de Nanterre. Avec espérons-le, une issue bien différente.  

Les marqueurs portelois : Crockett 18, Williams 17, Curry 10, Hilliard 8, Mangin 7, Ehambe 6, Anosike 4, Drouault 4, Gbetkom, Meité. 

 

A. .C 

Levallois – Le Portel : pour une première en déplacement

Cinq jours après un match épique face au leader Lyon/Villeurbanne, l’ESSM va entamer une mini-série de deux déplacements franciliens ce vendredi du côté de Levallois (20h30). Compliqué mais pas impossible.

Concrétiser les progrès aperçus face à l'ASVEL

Certes, d’un point de vue comptable, le dernier match en date n’a rien apporté au Portel. Mais clairement, l’ESSM a affiché face à l’ASVEL un niveau de jeu assez éloigné de sa quinzième place actuelle. Si l’ambition de cette saison n’est évidemment pas de rivaliser avec de telles écuries au classement, revenir non loin de la huitième place au plus vite serait très intéressant pour la suite.

Côté terrain, si, comme le disait coach Eric Girard après Lyon/Villeurbanne, le retour au top de Crockett se fera petit à petit, Curry, lui, semble retrouver de bonnes sensations. En parallèle, les Vert et Blanc peuvent toujours compter sur leur capitaine emblématique, Benoît Mangin, encore très précieux dimanche dernier. Seule fausse note, la blessure de Jean-Victor Traoré qui va forcément handicaper le groupe. Qu’à cela ne tienne, il y a un peu moins de deux ans jour pour jour, l’ESSM allait gagner à Levallois (47/62). On remet ça ? 

Levallois veut retrouver les Playoffs

Dixième la saison dernière, juste devant Le Portel, Levallois a perdu deux joueurs majeurs cet été, à savoir l’illustre Boris Diaw et son arrière slovène Klemen Prepelic (Real Madrid). Néanmoins, après douze journées, les Franciliens présentent un bilan positif de 7 victoires et 5 défaites, ce qui leur permet d’occuper une intéressante septième place, à la hauteur du cinquième Pau-lacq-Orthez.

 

 

Cette saison, Chalon, Nanterre et Fos sont déjà allés s’imposer au Palais des Sports Marcel-Cerdan. Levallois reste d’ailleurs sur deux défaites de rang puisqu’après s’être fait surprendre par le promu, il vient de s’incliner de peu à Dijon (79/75). Côté effectif, alors que le secteur intérieur portelois est pour l’heure affaibli, nos protégés devront se méfier de Mouphtaou Yarou , l’ex-pivot d’Antibes, qui tourne à plus de 15 points et 7 rebonds en moyenne par match, comme de Julian Wright et son allure à la Jakim Donaldson, près de 14 points et plus de 8 rebonds par rencontre, rien que ça.

A. C. 

Classement Jeep Elite : le point après 12 journées

Le dernier match de la 12e journée de Jeep Elite avait lieu hier lundi soir. Il s’est soldé par la victoire de Pau-Lacq-Orthez à Châlons/Reims (88/95). L’occasion de faire un point sur le classement. 

Une quinzième place mais un net progrès

Certes, l’ESSM a concédé une sixième défaite consécutive dimanche soir face au leader Lyon/Villeurbanne (69/72). Mais sur le parquet, les joueurs ont tout donné et peuvent être fiers de leur solide prestation. Il n’a donc manqué que le petit détail qui fait basculer le match. 

Au classement, nos protégés émargent à la quinzième place et voient le promu Fos-sur-Mer, brillant vainqueur de Monaco vendredi, revenir à leur hauteur (80/77). Néanmoins, les relégables que sont Antibes et Cholet ont tous deux perdu, respectivement à Nanterre (78/73) et Bourg-en-Bresse (95/86). 

Deux déplacements franciliens avant Dijon

Pour terminer cette année 2018, Le Portel s’apprête à se déplacer deux fois de suite en région parisienne. A Levallois (7e) ce vendredi à 20h30, puis à Nanterre (4e) le samedi 22 décembre à 20 heures. Retour au Chaudron juste après Noël, soit le jeudi 27 décembre à 20 heures, pour la réception de Dijon, l’actuel dauphin de l’ASVEL, rien que ça. 

A. C. 

Les réactions après ESSM – ASVEL

Après la cruelle défaite de l’ESSM Le Portel concédée d’un rien hier dimanche face au leader de Jeep Elite, Lyon/Villeurbanne (69/72), retrouvez les réactions des deux coachs et celle d’Anthony Hilliard.

Anthony Hilliard

On sort de deux semaines intenses d’entraînement. On a notamment travaillé le secteur défensif et cela s’est vu en deuxième mi-temps où on ne concède que 27 points contre l’une des meilleures attaques de Jeep Elite. On a joué dur et nous avons bien joué, tout simplement, face à l’ASVEL qui est une super équipe. Nous avons su corriger les erreurs et on ne peut qu’être confiant pour la suite de la saison. Maintenant, on prend les matches les uns après les autres pour essayer de remonter au classement, petit à petit.

Coach Eric Girard

Je retiens ces 27 points encaissés en deuxième mi-temps. Avec Limoges et Strasbourg, c’est sûrement notre meilleur match de la saison. Mais nous faisons un métier difficile où le résultat ne dépend pas que de nous. Le résultat est injuste. Il faut saluer les joueurs qui viennent de travailler d’arrache-pied durant quinze jours. Il y a peut-être eu un petit manque d’expérience mais on a joué les yeux dans les yeux avec Villeurbanne durant 40 minutes. Concernant cette dernière faute sifflée à Benoît Mangin, je pense que nous n’avons pas été respectés. Clairement, les arbitres auraient dû laisser jouer. On méritait cette victoire, pour concrétiser un match exceptionnel. L’état d’esprit a été fabuleux et va nous servir à retrouver le chemin de la victoire très prochainement, j’en suis persuadé.

Zvezdan Mitrovic, le coach de Lyon/Villeurbanne

C’est le même scénario que lors de mes deux dernières visites ici, avec Monaco, où on avait gagné d’un rien sur le fil. Ce soir, on a vécu deux mi-temps bien distinctes. Un basket un peu fou en première période où on ne contrôle pas grand-chose. Puis une seconde plus organisée, plus défensive, aussi. Il y a eu beaucoup d’erreurs d’arbitrage des deux côtés du terrain. Mon expérience me fait dire que je n’ai pas à m’exprimer là-dessus. En fin de match, notre objectif était de défendre dur pour empêcher Le Portel de monter le ballon et tenter un tir de loin qui aurait aussi pu nous exposer à des fautes. Tout s’est joué sur une action mais si nous avions été battus, Le Portel ne l’aurait pas volé.

Propos recueillis par A. C.  

Face au leader Lyon/Villeurbanne, Le Portel échoue d’un rien

Ce dimanche soir, pour le compte de la 12e journée de Jeep Elite, l’ESSM Le Portel accueillait le très solide leader qu’est Lyon/Villeurbanne. Au bout du suspense, les Vert et Blanc ont rompu sur un ultime tir primé (69/72). 

Une première mi-temps de haute volée

Dès les premières secondes, les Vert et Blanc mettaient de l’intensité. Cap’tain Mangin puis Hilliard scoraient de loin, obligeant coach Mitrovic à prendre un temps-mort pour l’ASVEL après moins de 3 minutes et 8/2 en faveur de nos protégés. Après dix minutes, les protégés d’Eric Girard, bien aidés par un Hilliard adroit de loin et un Anosike solide à l’intérieur, viraient en tête logiquement (23/18). 

Durant le deuxième quart-temps, fort d’un superbe 5/6 à trois points, les locaux tentait d’enchaîner. En face, l’ex-Strasbourgeois Bilan (14 points et 5 rebonds à la pause) permettait notamment aux siens de passer devant après 3 minutes (30/31). Bien plus adroit que durant le premier quart, le leader tentait de prendre le large mais les Portelois, sur un missile longue distance de Traoré par exemple, n’abdiquait pas pour ne compter que deux petites longueurs de retard à la mi-temps (43/45).

Un money time à couper le souffle !

Durant le troisième quart-temps, ce sont les défenses qui prenaient l’ascendant avec, au final, un 14/11 en faveur de l’actuel leader de Jeep Elite, devant de cinq unités à dix minutes du terme. Dans le sillage d’un Kalnietis à 11 points mais aussi d’un Noua très remuant dans la raquette, l’ASVEL possédait un petit matelas d’avance (54/59) mais les Portelois, emmenés une fois de plus par l’inusable Mangin, ne se laissaient pas distancer si facilement. 

 

 

Le money time allait hélas être fatal à nos protégés, qui ont fait jeu égal avec les hommes de Mitrovic jusqu’à quelques secondes de la fin. Sur une faute offensive sifflée à l’encontre de Benoît Mangin pour une « charge » sur Bilan (!), la balle était rendue aux visiteurs qui tuaient tout suspense de loin par Kalnietis (69/72). Cruel !

 

L’ESSM, adroite de loin ce soir (9/16), aura finalement rompu devant la puissance collective des Lyonnais, dominateurs au rebond offensif (10 à 5). Si une défaite reste cruelle surtout dans ces conditions et au regard de la spirale négative des Portelois. Mais dans le contenu, la prestation des Stellistes aura été plus qu’encourageante. De bon augure avant Levallois vendredi ? 

 

Les marqueurs portelois : Hilliard 15, Mangin 14, Curry 9, Ehambe 9, Anosike 6, Traoré 6, Crockett 5, Williams 5, Drouault, Gbetkom.

 

A. C. 

Partenaires