JL Bourg – ESSM Le Portel : relever la tête en déplacement

Après quatre défaites consécutives et avant un week-end sans compétition officielle, l’ESSM Le Portel va rendre visite à la JL Bourg ce vendredi soir pour le compte de la 11e journée de Jeep Elite (20h00). Avec l’ambition évidente de casser la spirale négative.

Bourg avec... ou sans Peacock ?

Élu meilleur joueur de la Pro B en 2017, puis de nouveau MVP, mais en Jeep Elite cette fois, en 2018, Zachery Peacock est clairement l’homme fort de la JL Bourg. Reste à savoir si l’ailier fort américain, opéré d’une appendicite il y a peu, et qui a repris il y a quelques jours, sera aligné et pleinement opérationnel. Si les Burgiens comptent d’autres joueurs de qualité au sein de leur effectif, la présence ou non de Peacock pourrait changer pas mal de choses.
 
Plus globalement, le club de l’Ain est actuellement douzième de Jeep Elite avec un bilan équilibré de cinq victoires pour autant de défaites. Pour rester devant Le Portel, un succès est obligatoire ce soir à domicile. Après un mercato estival globalement intéressant, Bourg est parvenu à faire signer Zack Wright à la mi-septembre. Le poste 1 US naturalisé bosnien, vainqueur de la Coupe de France au printemps derniers avec Strasbourg, est actuellement le deuxième meilleur passeur de Jeep Elite (6.8 par match, ainsi que 10.1 points et 17.3 d’évaluation en moyenne). Il sera à surveiller de près, comme l’ancien Boulonnais Garrett Sim.

Changement de ton dans le staff portelois ?

 
Seul Levallois s’étant imposé à l’Ekinox, la mission des Portelois, jamais gagnants à l’extérieur en Jeep Elite cette saison, s’annonce plus que compliquée. Pourtant, après quatre défaites de suite, le temps presse.
A l’issue du dernier revers en date contre Cholet, coach Eric Girard a prévenu qu’il allait changer de ton. Derrière l’emblématique capitaine Benoît Mangin, qui reste sur un match à 29 d’évaluation, qui excelle à la passe depuis le début de saison et qui oscille grosso modo entre 10 et 20 points par match sur les six dernières journées, l’ESSM peine à trouver d’autres moteurs.
En attendant le retour à plein régime de Brandyn Curry, et l’arrivée tant attendue de Jeffrey Crockett, les temps sont durs et il faudra un maximum de concentration et de courage pour tenir tête à la JL Bourg dans sa salle.

Partenaires