Les réactions après ESSM – Dijon

Hier jeudi soir, l’ESSM Le Portel a mis fin à une difficile série de défaites en venant à bout de Dijon, troisième du championnat et meilleure défense de Jeep Elite jusque là. Retour sur les différentes réactions recueillies à l’issue de cette partie. 

Jacky Périgois (assistant-coach ESSM Le Portel) : "Le match qu'on attendait tous"

Cette victoire nous fait beaucoup de bien. Il fallait casser cette série de défaites. Les dirigeants ont été solidaires malgré cette période compliquée. Cela a payé. C’est le match que l’on attendait tous. Jean-Victor Traoré est blessé depuis trois matches mais on a su compenser cette absence. Eric ronge son frein, mais le groupe s’est resserré. Il ne fallait pas laisser Dijon entrer dans le match. Nous allons pouvoir repartir sur une nouvelle dynamique en 2019. Il a parfois manqué un peu de concentration mais on se rapproche de ce qu’on veut faire. 

Laurent Legname (coach JDA Dijon) : "On sait comment ça se passe au Portel"

Il n’y a rien à dire. On s’entraîne comme de la merde depuis deux bonnes semaines, cela donne trois matches de merde. On ne peut pas se permettre de jouer comme cela, ce n’est pas mon équipe. Il faut profiter de cette trêve. Si certains ont pris le melon, il faut se reconcentrer sur nous-mêmes. Tout le monde sait comment ça se passe ici au Portel. À moi de changer, j’ai sûrement été trop gentil, ils (les joueurs, ndlr) vont retrouver le vrai Legname.

Benoît Mangin (capitaine ESSM Le Portel) : "Une adresse indécente"

On avait mal à la tête depuis un moment. Il fallait casser cette routine. Le discours des coachs a été clair : il fallait débuter le match comme si c’était le money time. Nous avons eu une adresse indécente mais on travaille pour forcer ce destin. Tout le monde s’y est mis. On retrouve un certain niveau défensif sur ce match, c’est de bon augure. Cette victoire, on la dédie à tout le monde, au groupe, au staff, aux dirigeants mais aussi au public. Que l’envie soit là, c’est primordial. 

Alexandre Chassang (intérieur, Dijon) : "Ils se devaient de réagir"

A moins 25 à la mi-temps, c’était trop facile pour eux. Ils se devaient de réagir. A nous de nous entraîner et de davantage écouter. Nous n’étions pas prêts à jouer ce match. Il faut reprendre des forces durant la trêve et être prêts mentalement. En défense ce match a été catastrophique, ce n’est pas notre identité. Il n’y a pas de matches faciles dans ce championnat, on en a eu l’illustration ce soir.

Propos recueillis par A. C. 

Partenaires