Diabolique derrière l’arc, la SIG n’a laissé aucune chance à des Vert et Blanc en rupture de saines valeurs

Il y a des jours où l’on sent très vite que ça ne va pas le faire, que la soirée va être diablement longue, qu’entre les deux cylindrées, il y a juste la faille de San Andreas à combler. Tel a donc été le cas ce soir entre la bande à coach Eric et celle de Vincent Collet. Inutile de se perdre dans les méandres de la feuille de stats, même s’ils font mal, Strasbourg était sur ce coup deux classes au-dessus de nos Portelois que l’on n’a pas reconnus, mangés tout crus qu’ils ont été par des artilleurs venus d’ailleurs.
Quand ce n’était le super Price qui pilonnait, c’était York le killer froid qui enquillait sans sourciller. Au final, la SIG a shooté à 76% (!) derrière l’arc (13/17). Le genre de stats que tu trafiques à la play-station. Bon, forcément, si la SIG s’est autant gavée, c’est que nos p’tits Portelois n’ont pas fait ce qu’il fallait en défense. Coach Eric n’a pas dit le contraire en conf’ de presse : « Je l’ai déjà dit et redit : quand Le Portel perd ses valeurs de combativité et de partage, elle ne peut rien espérer contre une équipe comme Strasbourg qui a eu ce soir une adresse exceptionnelle. Ce soir, on n’a pas défendu, ni attaqué en équipe. On voit le résultat. On a pris une belle leçon. Hormis Benoît (Mangin) qui a joué dans son registre, les autres, dont les cadres, sont passés au travers. Ceux qui pensaient que c’était gagné après deux bons matchs à l’extérieur pourront méditer. Je ne sais pas si c’est la pression qui a inhibé les nouveaux, mais toujours est-il qu’il va falloir rebondir. Le pire, ce n’est même pas l’ampleur de la défaite qui me fait mal, mais de perdre Jo Tabu pour plusieurs semaines (rechute au mollet). »
Le Chaudron, résigné, s’est quand même réveillé quand ses fans sont revenus à 11 dans le dernier quart (61-72). Mais en face, mes gens, il y avait des stars. Des vraies. Des snippers au sang de serpent qui piquent quand ils veulent. Trois paniers primés plus loin, la SIG avait repris ses aises. Et a terminé en roue libre : 72-103. La leçon…

PHILIPPE CADART
PHOTO L’OEIL DU NORD

ESSM LE PORTE L – STRASBOURG : 72-103 (17-34, 20-22, 22-16, 13-31)

LE PORTEL : Krubally, Mangin 19, Harrison 19, Ballard 12, Tabu, Ilic, Hassell 6, Eliezer-Vanerot 8, Fitzpatrick 5, Smallwood 5.
STRASBOURG : Trice 25, Beyhurst, Serron 8, Inlis 11, Scrubb 10, Dallo 9, Miyem 1, Traore 9, York 19, Grant 11.

Partenaires