L’ESSM arrache un succès capital avec les tripes après prolongation : 97-88

Premier quart tendu

Bizarre ce premier quart-temps qui a eu beaucoup de mal à s’emballer. Il a fallu un contre ronflant du Tank, suivi d’un panier à mi-distance, pour chauffer le Chaudron. L’arrivée des Musicos fait monter la pression. Pour autant, avec deux missiles de Gibson, les Périgourdins ne lâchent rien. Sur la fin, Ousman (Krubally, 9 points) et Antonio (Ballard) mettent les leurs au commandement : 22-18.

L'ESSM mène au repos : 49-42

Le deuxième quart est un peu plus enlevé, mais c’est confirmé : le BBD est coriace. Quand ce n’est pas Auda, c’est Kaba qui alimente la caisse. Sur la ligne, Miller assure aussi. Il faut donc un bon passage d’Antonio (Ballard, 11 points) pour prendre une petite avance (41-36, 18e). Au repos, malgré deux nouveaux missiles assassins de Gibson, jamais à pareille fête depuis le début de saison, les Stellistes mènent le bal : 49-42. Ohé, ohé chantent les Musicos. Rien de joué bien sûr, mais vu le contexte d’avant-match, c’est bon pour la confiance.

Le BBD ne lâche rien dans le Chaudron

Les Portelois s’accrochent à leur pécule, mais c’est dur. Surtout quand Pearson, zéro point à la pause, prend les choses en main. L’ancien Manceau ruse tant et plus et trouve la faille. On croit au décrochage quand l’ESSM reprend ses sept points d’avance (27e). Sauf que Gibson plante de nouveau derrière l’arc et que Kaba écrase un dunk de mammouth. Au dernier repos, dans une ambiance assez étouffante, l’ESSM n’a que deux points d’avance : 62-60.

l'ESSM arrache un succès capital avec les tripes après prolongation : 97-88

Le dernier quart est aussi tendu que le premier. A chaque fois que les Stellistes s’octroient une petite marge, le BBD en remet deux couches. Par Auda ou encore ce diable de Gibson, qui plante son 6e panier à trois points pour ramener les siens à -3 : 77-74. Le money time est irrespirable. Alexander multiplie les contres. C’est chaud-bouillant : 78-74 et 1’20 à jouer. Le diable d’Auda, très bon, ne tremble pas sur la ligne : 78-76. Les arbitres rendent un ballon portelois aux Périgourdins : 78-78 et 29 » à jouer. Jo (Tabu) rate la cible, Pinero aussi : prolongation !
Une pluie de trois points s’abat sur les oreilles périgourdines, par Jo (1) et Joe (2) : 87-80 (3 minutes à jouer). Suffisant ?
Au bout du bout, sans le moindre poil sec, entre bons et mauvais choix et un troisième panier primé de toute beauté de Joe, c’est dans la poche : 97-88. Et que ça fait du bien.

Philippe Cadart

Partenaires