Nanterre samedi, peut-être deux matchs en févier, et Mars, ça repart ?

Mikyle incertain 

Touché à l‘œil la semaine dernière, Mikyle McIntosh est très incertain après avoir été mis au repos forcé par la Faculté pendant une semaine. Il doit revoir l’ophtalmologiste pour voir s’il peut au moins être aligné sur la feuille de match. Vu l’impact du gaillard (il a la meilleure éval de l’équipe et il en est le meilleur marqueur), ce serait forcément une grosse, une très grosse tuile pour un match qui peut permettre aux Portelois de passer à 5V, 3D en cas de victoire, ce qui serait tout bonnement exceptionnel avec une formation à forte densité de JFL. Les JFL, parlons-en tout justement. Si Mikyle est absent, il faudra que Cyrille (Eliezer-Vanerot) et Wojcie ( Mathieu Wojciechowski) soient au taquet en termes de rebonds, de défense et pourquoi pas d’adresse.  Même chose pour Michael (Umeh), qui a le redoutable honneur de faire oublier le multicartes Jamar (Abrams). A l’entraînement, il n’y a pas de débat : Michael met dedans. Vite et souvent, voire très souvent. Mais l’entraînement et le match, ça fait deux. A lui de s’intégrer au mieux dans une traction arrière Ben-Boris-Medhy qui a très bien fonctionné depuis l’ouverture.  

Nanterre, le classement en trompe-l’œil

Trois victoires, trois défaites : à première vue, on pourrait être tenté d’écrire que ce n’est pas gros calibre qui débarque samedi dans un Chaudron une nouvelle fois privé de son super sixième homme. 

Même si elle reste sur deux défaites en Jeep (aux Métro et à la maison contre le surprenant Cholet), la JSF est et reste une équipe difficile à manœuvrer. La traction arrière Chris Warren-Isaïa Cordinier, c’est du haut de gamme. Les duels avec son homologue portelois vont valoir leur pesant de cacahuètes. Marcquise Reed  et Nikola Reboc sont par ailleurs venus renforcer l’équipe de Pascal Donnadieu. Donc, du danger qui peut venir de partout. 

Saison : toujours la bouteille à l’encre

Joueront,  joueront pas ?  La LNB a remis au mardi 19 sa prise de position quant à la suite de la saison. Pour l’heure, la résolution proposée, c’est que chaque équipe de Jeep jouerait deux matchs, dont un à huis-clos, entre la journée de samedi et le 15 février. Le problème, c’est que Jean Castex, le premier ministre doit intervenir jeudi pour évoquer ou non un durcissement de la situation. Qu’en sera-il alors de la résolution ? Le public dans les salles, ça semble mal barré à échéance rapprochée. Vu la fameuse épée de Damoclès qui se balade au-dessus des têtes porteloises avec le ranking, Yann Rivoal aimerait bien que ça reprenne effectivement en mars : « C’est très dur de se positionner. Si saison blanche il devait y avoir, nous devrions rembourser partenaires et abonnés et le trou serait énorme, impossible à combler. Il faut donc espérer que l’on va rejouer. Pour le ranking, on va essayer de représenter la fameuse licence. Il nous manquait quatre points au final parce que sur l’une des questions ouvertes, on a obtenu 9/22. Or, ces questions ouvertes sont totalement subjectives. Pourquoi pas 13/22 et l’obtention de la licence ? Le problème, c’est que l’on ne sent pas de consensus, ni au sein des clubs, ni au sein du comité directeur de la Ligue. Bref, il faut espérer que la vaccination va s’accélérer vraiment et peut-être autoriser un retour du public. A huis-clos, on ne tiendra pas. » 

Philippe Cadart

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur email
Email
Partager sur print
Print
ESSM

GRATUIT
VOIR