“Wojcie” (re) pointe le bout de ses baskets

10 points à 5/10, 7 rebonds, 2 passes dé et 16 d’éval en 23 minutes: voilà la ligne de stats de Mathieu Wojciechowski contre Levallois, une ligne qui a fait grand bien à son p’tit cœur et qui a confirmé que le longiligne poste 3 / 4 de l’ESSM était revenu aux affaires après un début de saison gangréné par les blessures.

Contre Nanterre, en janvier, il était revenu en même temps que Cyrille (Eliezer-Vanerot) avec la lourde charge de compenser l’omniprésence de Big Mikyle (McIntosh). Il avait fait le taf.

En fait, si ce n’est une adresse à longue distance pas encore assez fiable, il a tout le « Wojcie » pour assumer ce pour quoi il est venu : être une bonne rotation en sortie de banc. Pour mieux apporter son peps, sa bonne défense, capter des rebonds du bout de ses longs segments, terminer des contres attaques à la force de ses grandes cannes.

Mais, car forcément il y un mais sinon il aurait un autre statut, l’enfant de Calais doit gagner en régularité. L’intérêt avec lui, c’est qu’il ne se cache pas derrière son petit doigt : « Je me sens de mieux en mieux et je sens que je peux apporter de plus en plus à mon équipe, mais forcément, ce n’est pas encore parfait. » Et de prendre l’exemple de Levallois : « Contre Levallois, j’ai des choses qui me reviennent, des erreurs que je dois corriger. Je me souviens d’un duel avec Michineau que je dois mieux négocier ou encore d’un tir à 3 points qu’on laisse ouvert alors qu’on était à -8. Je bosse fort pour corriger tout cela. Et pour revenir, j’ai vraiment beaucoup bossé. »

Comme les copains, Wojcie appréhende ce vrai retour à la compétition avec bonheur : « On est tous heureux de savoir qu’on va pouvoir finir ce championnat, que les clubs aient réussi à trouver une solution car on est tous dans le même bateau. C’est positif. Il va falloir gérer un calendrier très, très particulier car au final, on va jouer 24 matchs en trois mois. Il faudra être prêt mentalement et physiquement, bien gérer les blocs de travail, bien se reposer. Notre chance, c’est qu’on a un groupe qui bosse bien et vit bien. Ce sera important dans les moments difficiles quand il faudra se supporter les uns les autres. »

Samedi, contre Levallois on attend donc de refaire un pointage avec le « Wojcie », qui s’attend forcément à un match difficile : « C’est bizarre de rejouer aussi vite contre Levallois. Au Chaudron, c’est notre début de match qui plombe la suite. Le point intéressant, c’est qu’on les connaît mieux. Maintenant, il faudra montrer autre chose car ils ont beaucoup de qualités, de bons joueurs. Il faudra mieux contrôler Chikoko, qui a fait très mal au Chaudron alors qu’il fait une saison bien moins aboutie que la dernière. En faisant un match moyen, on n’était pas forcément très loin. Si on peut corriger nos erreurs, il y a moyen de faire un truc. »

On ne demande que cela. Tout le peuple demande cela car derrière, avec huit équipes aux trousses, le sprint final s’annonce chaud-bouillant.

Philippe Cadart

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur email
Email
Partager sur print
Print