Les arrosés ont été arroseurs et coach Eric a bien aimé cela…

Mal, très mal embarqués dans le 3e quart-temps (62-52), les Stellistes ont réussi à inverser la tendance grâce notamment à un Mikyle McIntosh irrésistible en attaque (68-68, 35e) et ce, alors qu’ils étaient terriblement plombés par une avalanche de fautes pas ordinaire : 31 fautes contre eux, 16 pour la Chorale. Si ce n’est une faute de jeunesse de Mehdy, très bon par ailleurs, mais emporté dans sa frénésie d’arracher la victoire et sanctionné d’une faute offensive logique, et une nouvelle faute technique stupide de Georgi, les Stellistes ont bien géré la toute fin de match et ainsi glané une douzième victoire qui les met en position idéale à sept matchs du gong final. 

De quoi, forcément, combler coach Eric.

Eric, que se passe-t-il là-haut à -10 dans le 3e quart ? 

Forcément, on se pose des questions. On a pris un super départ alors que Roanne, qui avait joué deux jours avant, était amorphe. On va donc logiquement sur la ligne puisqu’on est plus agressif. Ensuite, la mécanique se grippe et les fautes se mettent à pleuvoir sur nous d’une façon  que je ne m’explique toujours pas. Roanne jouait très bien, mettait dedans, alors oui, je me disais que ça pouvait lâcher prise comme on l’a fait souvent à l’extérieur cette saison. Et puis on limite la casse avec le panier de Mehdy et dans le 4e quart, ça s’inverse sur un ou deux paniers. Et là, je savais qu’on tiendrait le coup physiquement. Les gars ont trouvé les ressources pour revenir et ont bien géré la fin.

Pas complètement, non plus…

Non, effectivement. Mehdy est emporté par sa fougue et Georgi pénalise son équipe en prenant une technique aussi idiote qu’inutile(1). C’est un élément très important pour nous car il fait un gros boulot des deux côtés du terrain. Avec son expérience, il ne doit pas faire ce genre d’erreur, surtout quand ça se joue à 2-3 points et que Jo n’est pas dans un bon soir. Il doit se mettre en tête qu’il ne joue plus à Monaco ou Villeurbanne… 

Les autres ont bien géré…

Oui, j’ai apprécié la sérénité de ceux qui ont conclu l’affaire. En fait, le fait que Roanne ait peu de fautes s’est retourné contre lui. Les gars ont dû faire faute sur faute et le temps a couru en notre faveur.  Fatigués, les Roannais ont manqué des paniers immanquables et derrière, Boris, Mikyle  et Benoît ont bien géré. On laisse Roanne à 74 points et on prend notre troisième victoire de rang. C’est très bien. 

La victoire est d’autant plus belle que vous jouez quasiment à huit…

C’est vrai. Michael, qui avait été très bon contre Le Mans, passe au travers comme à Gravelines. Même chose pour Cyrille, que l’on relance pourtant en le mettant dans le cinq et à qui on dit toute notre confiance. Il fait cinq erreurs en quatre minutes. C’est totalement incompréhensible. 

Philippe Cadart

(1). Les commentateurs du live LNB ont attribué la faute technique à Eric alors que c’est Georgi qui a été pénalisé. Le coach qui a tenu à préciser qu’il ne prenait jamais de faute technique dans le money time et que lorsqu’il la prenait c’était fait sciemment et ça se voyait. 

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur email
Email
Partager sur print
Print