Les réactions après Le Portel – Boulazac

Hier vendredi soir, l’ESSM Le Portel s’est inclinée d’un rien, dans son Chaudron, face à Boulazac (70/72). Retrouvez les réactions de différents protagonistes sur notre site officiel. 

Eric Girard (coach ESSM)

Il faut tout d’abord féliciter cette équipe de Boulazac, qui me rappelle Le Portel d’il y a deux ans. Sans talents phénoménaux, cette équipe s’appuie sur un gros collectif. Nous concernant, on a mis presque une mi-temps à entrer dans le match et c’est bien dommage. Chery, seul au poste a joué près de 37 minutes et a été dominant par rapport à nos deux meneurs. L’agressivité, ou le manque d’agressivité, c’est selon, a été la clé du match. Défensivement, on est dans les clous. Maintenant, il faut incorporer DeVaughn Akoon-Purcell des deux côtés du terrain. Offensivement, on le voit, c’est un joueur de grand talent. Maintenant, il faut vite trouver la solution pour prendre des matches à l’extérieur. Même si certains joueurs majeurs n’ont pas été à leur niveau, on n’a rien lâché et c’est ce qu’il faut retenir. Pierre-Etienne Drouault (entorse de la cheville) ? On a tablé sur six semaines d’indisponibilité, c’est évidemment un coup dur.

 

Thomas Andrieux (coach Boulazac)

 

Il n’y avait pas de pression particulière sur ce déplacement au Portel. On prend les matches les uns après les autres. On sait d’où l’on vient. Je pense que l’on mérite cette victoire, on a mené quasiment durant toute la rencontre, parfois d’une quinzaine de points. A la fin, les deux équipes se rendaient coup pour coup. Sans notre meneur Rémi Lesca, mon équipe a su faire preuve de bravoure et de courage pour repousser les assauts portelois. Même avec un De Jong malade, nous avons fait preuve de cohésion. Je félicite mes joueurs pour leur état d’esprit. L’équilibre entre JFL et étrangers est intéressant.

Jean-Victor Traoré (ESSM)

 

Les joueurs de Boulazac sont restés solides et n’ont pas lâché. Ils ont mis des gros shoots dès le départ. On a certainement joué de malchance à la fin, mais il aurait fallu passer devant plus tôt dans le match. Maintenant, il faut se focaliser sur le prochain match. Il faut se servir de la deuxième mi-temps de Boulazac, où on revient de loin. Mais c’est un peu à l’image de la saison. Il ne faudra rien lâcher pour rester en Jeep Elite.

Alexandre Aygalenq (Boulazac)

 

Il fallait être soudés, unis pour gagner ce match. On a pu compter sur une grosse défense et une certaine force collective. On a des joueurs d’expérience, cela nous a servis notamment dans le money time. On a eu un peu de chance sur la fin mais l’essentiel est de gagner. Concernant mon cas personnel (5 points en 5 minutes, ndlr), le premier tir était ouvert donc j’ai saisi ma chance. Puis mes coéquipiers ont su me mettre en confiance et tout s’est très bien passé.  

Propos recueillis par A. C. 

Partenaires