Puissent les Vert et Blanc ne pas prendre la marée à Ekinox…

Les matchs se suivent et se ressemblent à l’extérieur pour la désormais bande à Jacky : pas le moindre succès depuis la victoire capitale de la saison passée à Fos/Mer. Le dernier déplacement en date à Boulazac, adversaire direct pour le maintien, a fait mal. Tant au classement, car les Stellistes n’ont rien repris sur le groupe qui compte six victoires, que dans les têtes, tant l’ambiance et l’énergie dépendent forcément de cette victoire qui ne vient pas, qui ne vient plus.
On dit que c’est au pied du mur qu’on voit le maçon. On va donc regarder comment le groupe aborde le sprint final. Regarder si, comme le disait dernièrement coach Jacky, la tentation n’est pas là chez certains de penser déjà à la saison prochaine. Car si petit espoir il peut y avoir, ce n’est qu’en raisonnant équipe, solidarité, défense de morts de faim. Pas dans la course à la stat… On l’a bien vu dans le Périgord : un joueur (Edgaras) à 28 points ne sert pas à grand-chose si les p’tits copains lui laissent trop la seule clé du match.
Surtout qu’en face, c’est une fois de plus du lourd. Enfin du lourd qui vient de manger très chaud dans l’antre de l’ASVEL (104-71), elle-même déquillée sans appel lors de ses deux déplacements en Euroligue. Comme quoi, on est toujours le petit d’un gros. Bourg a vécu à Villeurbanne ce que vit le club du président Parker en Euroligue : il a explosé en plein vol devant l’intensité physique de l’adversaire.
Forcément, la bande au sieur Vusevic va vouloir redorer son blason dans sa belle salle d’Ekinox, là où elle fait souvent la différence avec son banc bien étoffé. Bourg, on le sait, c’est costaud à tous les postes : l’expérimenté Zach Wright, la mitraillette Danilo Andjusic, le solide Jackie Carmichael, le polyvalent Chris Johnson et puis bien sûr le fameux Zachery Peacock, peut-être moins brillant en attaque cette saison (13,2 points par match en moyenne), mais qui possède toute la palette d’un basketteur complet. 0n se souvient de l’aller au Chaudron : il était sorti de sa réserve pour gentiment mettre la main sur la balle en fin de match et gérer au mieux la boutique.
Côté stelliste, on espère qu’Edgaras (Zelionis) va encore être à son avantage et que ses potes vont s’en inspirer. Le 5 de départ pourrait avoir belle allure si Ousman (Krubally), du déplacement, peut tenir sa place et apporter ce pep’s qui manque dans la peinture.
PHILIPPE CADART
Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur email
Email
Partager sur print
Print
ESSM

GRATUIT
VOIR