Benoit Mangin a aimé la belle réaction des Stellistes après la pause face à une grosse équipe de Jeep Élite

A l’image de son coach, Benoît Mangin a pris avec le recul nécessaire après la défaite contre les Métros.

Benoît, comment expliquer la différence notoire entre les deux périodes face aux Métros ?

Il fallait que l’on trouve nos marques et on a mis deux quarts-temps à le faire. En première période, on a mal défendu, on était trop laxistes, en retard sur les rotations et absents en un contre un. Comme on ne mettait pas assez d’intensité, Levallois a eu une adresse vraiment folle et a profité de nos erreurs pour se régaler en contre-attaques. C’est ce qui explique cet écart à la pause.

Etait-ce fort à ce point ?

Ils sont plus en avance que nous et c’est normal car ils étaient au complet avant nous. Leur jeu est déjà léché. On sent que c’est très costaud. Les Métros veulent être vite prêts pour aborder au mieux l’Eurocup. Ils ont de grosses individualités.

Et vous alors ?

Pas mal découvraient la Jeep Élite et puis on jouait quand même sans Mikyle (McIntosh), ni Boris (Dallo). Donc, vu le contexte, je dis que c’est de bon augure d’avoir fait jeu égal après la pause et laissé Levallois à 30 points. On va bosser dur…

Cette défaite ne vous chagrine donc pas

Non, il ne faut surtout pas s’arrêter à un premier match amical face à une très grosse cylindrée. Les saisons précédentes, on jouait souvent des équipes de niveau inférieur et donc, pour le coup, on a commencé avec du lourd. Ce serait idiot de tirer la sonnette d’alarme pour cette défaite logique. Ce n’est pas plus mal de défier des grosses équipes. Quand le championnat commencera, on ne sera pas surpris par l’intensité.

Philippe Cadart

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur email
Email
Partager sur print
Print