Charles-Noé, comme d’autres, à la recherche de la fameuse régularité

Ce vendredi, veille de match ô combien important contre Chalon, Charles-Noé Abouo, comme Medhy NGouama du reste, est resté longtemps sur le parquet après que les copains ont regagné le vestiaire. Pour enquiller et enquiller des shoots derrière la ligne magique avec l’aide de Mike Happio, cette ligne qui change beaucoup de choses dans le basket moderne. 

Dimanche dernier, Noé a tiré à 4/5 derrière l’arc, réussissant là l’une de ses meilleures perfs sous le maillot portelois. Hélas, mille fois hélas, le jeudi de la même semaine, le même Noé avait été transparent à Reims : O/2 à trois points en 20 minutes, -4 d’éval. Bien sûr, il n’avait pas été le seul. 

C’est un peu le mal de cette équipe et de Charles–Noé, comme le confie coach Eric : « Sur l’homme, son professionnalisme et son engagement, rien à redire, il est top. Mais comme beaucoup de joueurs de notre équipe, Noé n’a jamais eu de rôle en Jeep Elite, ni n’a joué à ce niveau. Il lui faut donc devenir constant dans la performance. Noé peut y arriver et nous attendons du reste cette régularité de sa part, afin de savoir à quoi nous attendre match après match. »

Effectivement, c’est cela le haut niveau : enchaîner. Bon sur l’homme en défense, dur, même, mais pas forcément très sûr techniquement, Noé est donc attendu au tournant samedi contre Chalon. Lui et les autres, bien sûr, car on le sait, sans esprit d’équipe, Le Portel, sans big stars,  ne peut pas exister.

Philippe Cadart

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur email
Email
Partager sur print
Print