Yann Rivoal : “Une remise en cause rapide s’impose

D’un naturel plutôt pondéré, Yann Rivoal, le président stelliste, est allé dire aux joueurs ce qu’il pensait de leur première période lamentable dans le vestiaire. Furieux, mais aussi honteux de l’image donnée, il n’a pas suivi la suite. Il a bien fait…

Yann, c’est très rare que tu ailles de la sorte parler aux joueurs

J’avais tellement honte par rapport à nos supporters et à nos partenaires qu’il fallait que j’aille leur parler de cette parodie de basket. Je l’ai déjà dit et répété, on peut très bien être battu par plus fort que soit. C’est la loi du sport et il faut la respecter. Mais offrir un spectacle aussi infligeant est indigne de leur part.

28-61 à la pause, c’est du jamais vu depuis la montée dans l’élite…

Effectivement, on a touché le fond. Je veux bien admettre que Cholet n’a plus rien à voir avec l’équipe du début de saison, mais ce n’est pas une excuse. Les Choletais ont joué comme à l’entraînement, parfois sans la moindre opposition. Ils shootaient dans un fauteuil. Que l’on soit moins fort, certes, mais qu’on les laisse dérouler leur basket, non. On a vécu là une vraie faillite collective. Les gars ont fait honte au maillot. C’était chacun pour soi, mais ces chacuns-là étaient bien trop mauvais pour sauver la face, car à la pause, c’était déjà plié.

Peut-on leur laisser le doute de l’accident ?

A Chalon, on avait été totalement dépassés et la semaine suivante, on avait gagné. J’espère que ce n’est qu’un accident, même si on se rend compte que notre système à ossature française a ses limites quand c’est physique en face. Quand tu peux te reposer sur des Français au top et à 200%, ça peut passer. Dans le cas contraire, ça nous donne cette parodie de match. Il faut se poser les bonnes questions tout en sachant que notre marche de manœuvre est faible dans la mesure où le staff a souhaité donner pour la priorité aux Français et qu’il nous faut un blessé pour prendre un renfort US. Il faut que chacun prenne ses responsabilités. Il va falloir être inventif.

Champagne, Chalon et Boulazac ont gagné, ça resserre

Bien sûr et c’est forcément inquiétant. C’est vrai qu’on ne voyait pas Boulazac aller gagner à Nanterre. Après le BCM et un déplacement au Mans, on recevra et Roanne et Boulazac. Si on peut en cueillir deux sur ces trois-là, ça nous donnerait un peu d’air. J’espère donc que Cholet n’était, de fait, qu’un accident.

Philippe Cadart

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur email
Email
Partager sur print
Print
ESSM

GRATUIT
VOIR