Malgré la défaite, coach Eric a globalement apprécié l’entrée en matière de ses ouailles

Bien entendu, comme tous les entraîneurs, le mentor de l’ESSM aurait préféré que ses Vert et Blanc négocient mieux le troisième quart et amènent les Limougeauds à douter dans un Beaublanc qui devient vite sévère quand leurs favoris perdent. Mais compte tenu de tout ce qui s‘est abattu sur la maison stelliste depuis la reprise en août, il a fait contre mauvaise fortune, bon cœur.

Coach, c’était le grand saut dans l’inconnu. Comment vis-tu ce premier revers ?

Compte tenu de notre préparation totalement bouleversée, de nos absences importantes pour blessures, je reste sur une note positive. J’ai bien aimé notre première période face à une solide équipe qui restait sur une défaite chez elle et qui a conservé une belle ossature de la saison dernière. Ensuite, on se loupe dans le 3e quart, mais il y a des explications à tout cela. Les gars manquent de repères, d’automatismes. C’est le contraire qui ne serait pas normal.

Cela vaut aussi pour le départ poussif de Mikyle ?

Tout à fait. Il a dû faire une semaine complète sur huit. Comment pourrait-il être au top ? Comme d’autres, il découvre la Jeep. Ça va lui faire prendre conscience qu’il doit bosser encore plus dur pour revenir au niveau. La Jeep est un championnat très exigeant. 

Les arbitres n’ont pas arrangé tes affaires en sifflant durement Benoît…

Je ne vais pas commencer le chapelet sur les arbitres. Mais c’est vrai que j’ai dû vite mettre Ben sur le banc avec ses trois fautes. On part déjà avec un handicap énorme par rapport à une équipe au complet et qui avait déjà joué deux fois. Alors, oui, la sortie prématurée de Benoît nous fait mal.

Comme les 37 lancers francs contre 15…

Que veux-tu que je te dise ? 37 lancers, il me semble que ça fait quand même beaucoup… Reste que je suis heureux d’avoir démarré dans ce championnat. On a globalement tenu le choc malgré tous nos soucis et avec un Jo (Passave) qui a joué diminué. Quarante-huit heures avant, il avait pris un très gros coup dans les flancs à l’entraînement. Certains seraient restés sur le banc ou chez eux. Lui a joué. Je le félicite sincèrement. C’est un bel exemple pour les autres.

Que penses-tu de Dijon ?

Ils sont sur la continuité de la saison dernière, comme en témoigne leur belle médaille de bronze en Coupe d’Europe. Je félicite du reste l’équipe, le staff et le club pour ce beau Final 8. Dijon, c’est vraiment une équipe complète, avec une excellente traction arrière et des pivots complets. Leur victoire en match d’ouverture de la Jeep contre l’armada villeurbannaise donne une idée très concrète de leur valeur.

Et de la jauge à 2000 accordée par la Préfecture ?

C’est une excellente nouvelle. Du reste, je tiens sincèrement, au nom de notre équipe, à remercier Monsieur le Préfet et Madame la Sous-Préfète de nous autoriser à évoluer devant nos abonnés et VIP, tout en respectant les recommandations sanitaires ministérielles que nos dirigeants se font forts de mettre en place. Vu la qualité de l’opposition, nous aurons grandement besoin du soutien de nos supporters.

Entretien : Philippe Cadart

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur email
Email
Partager sur print
Print